Normal view MARC view ISBD view

La démocratie à l'anglaise : les campagnes électorales en Grande-Bretagne depuis 1931 / Monica Charlot,...

PPN: 002160668Main Author: Charlot, Monica (1933-2005) Publication: Paris : Armand Colin, 1972Description: 1 vol. (442 p.) : graph. ; 25 cmThesis note: Thèse d'Etat : sciences politiques : Paris : 1971Belong to the serie: Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiquesOther edition on same media: Les élections législatives britanniques (1931-1970)Subject - Topical Name: Élections -- Grande-Bretagne -- 20e siècle | Démocratie -- Grande-Bretagne -- 20e siècle | Pratiques politiques -- Grande-Bretagne -- 20e siècle | Institutions politiques -- Grande-Bretagne -- 20e siècle | Elections -- Great Britain | Politique et gouvernement -- Grande-Bretagne -- 20e siècle Document type: Thèses
    average rating: 0.0 (0 votes)
Item type Current location Call number Status Date due Item holds
Prêt normal BU Centre
BU Centre - Magasins
194378/185 (Browse shelf) Available
Total holds: 0

Notes bibliogr.

Texte remanié de Thèse d'Etat sciences politiques Paris 1971

Monica Charlot avait eu l'intention d'étudier les campagnes législatives britanniques de 1931 à 1970, elle nous révèle finalement une certaine idée et pratique de la démocratie. Au travers des élections à la Chambre des communes, tous les problèmes de la démocratie se trouvent en effet posés : inégalité des ressources politiques, puissance des groupes d'intérêt, impact des moyens d'information de masse, emprise des partis sur les candidats et des leaders sur les partis ; handicap des petits partis, pesanteurs sociologiques des choix politiques, dépolitisation du politique au nom de l'efficacité persuasive de la propagande moderne. Les solutions britanniques de ces problèmes universels dévoilent bien les règles non écrites de la démocratie à l'anglaise. Que de préjugés remis en question par l'étude objective et vivante de Monica Charlot : le partage du temps d'antenne radiotélévisé se fait à l'avantage relatif du plus faible sur les plus forts ; le rapprochement idéologique des travaillistes et des conservateurs depuis 1945 est autant le résultat d'un gauchissement de la droite que d'un embourgeoisement de la gauche ; la moitié des électeurs conservateurs sont des ouvriers... Que dire aussi d'un pays où les battus croient encore davantage aux vertus des élections libres que les heureux élus ? On aime ou on n'aime pas. Mais ceci est une autre histoire. Il ne s'agissait pas de faire l'apologie ou le procès d'un système, mais, plus simplement, d'en montrer la cohérence interne et la force. Editeur.

 

Powered by Koha