Variabilité génétique des comportements sociaux chez les bovins domestiques de race limousine (bos taurus l.) / Laurence Grignard ; sous la dir. de Pierre Le Neindre

PPN : 071053336Main Author : Grignard, LaurenceSecondary author : Le Neindre, PierreSecondary author : Université de Rennes 1Publication : [S.l.] : [s.n.], 2001Description : 147 p.National number thesis : 2001REN1A016Thesis note : Thèse de doctorat : Biologie : Rennes 1 : 2001Reproduction as : VARIABILITE GENETIQUE DES COMPORTEMENTS SOCIAUX CHEZ LES BOVINS DOMESTIQUES DE RACE LIMOUSINE (BOS TAURUS L.)Subject - Topical Name : Éthologie | Comportement social des animaux | Limousine (race bovine) | Variabilité génétique | Comportement parental chez les animaux Subject : Thèses et écrits académiques Document type : Thèse ou mémoire
Item type Current location Call number Status Date due Barcode Item holds
Exclu du prêt BU Beaulieu
BU Beaulieu - Magasins Thèses
TA RENNES 2001/27 (Browse shelf) Not for loan 0991128666
Prêt normal BU Beaulieu
BU Beaulieu - Magasins Thèses
TA RENNES 2001/27 DOUBLE (Browse shelf) Available 0991128659
Total holds: 0

217 ref.

Thèse de doctorat Biologie Rennes 1 2001

Chez les ongulés, espèces fortement grégaires, l'environnement social joue un rôle déterminant dans l'ajustement des réponses individuelles aux variations de l'environnement extra social. Les acteurs de l'environnement social des bovins domestiques sont non seulement la mère, la progéniture et les congénères, mais également l'homme. L'objectif de ce travail est de comprendre la variabilité interindividuelle observée dans l'expression des comportements sociaux que sont la motivation maternelle, l'attraction sociale, et la réactivité à l'homme. Les méthodes d'estimation de ce dernier comportement sont validées au cours d'un chapitre méthodologique, prélude indispensable pour mener à bien l'étude multidimensionnelle du chapitre principal. Pour cette étude, 560 vaches de race limousine, issues de 21 pères différents, font l'objet d'une approche longitudinale afin d'estimer leur réactivité à l'homme, puis leur motivation à prendre soin de leur progéniture, et enfin leur attraction vers des congénères. Nos résultats mettent en évidence une influence génétique sur la motivation maternelle et confirment celle sur la réactivité à l'homme. En revanche, la contribution génétique aux différences d'attraction sociale apparaît plus faible, ce qui est peut-être lié à la faible variabilité interindividuelle de ce comportement. De plus, nos résultats tendent à montrer une dépendance génétique entre les comportements sociaux étudiés. En particulier, les gènes qui participent aux différences de motivation maternelle seraient partiellement les mêmes que ceux participant aux différences de docilité (i.e. les vaches les plus maternelles semblent mieux tolérer l'homme et les manipulations).

 

Powered by Koha