Etude qualitative d'un programme de prévention de la transmission mère-enfant du VIH dans un centre médical communautaire au Burundi [Texte imprimé] / Céline Garnier ; [sous la dir. de] Cédric Arvieux . - [S.l.] : [s.n.], 2013 . - 1 vol. (56 f.) : ill. ; 30 cm + marque page
Thèse soutenue à Rennes 1 sous le sceau de l'Université Européenne de Bretagne

Publication autorisée par le jury

Bibliogr. f. 44-48 (56 réf.)




La prévention de la transmission mère enfant (PTME) du VIH est un élément majeur dans l'élimination de la pandémie. Un traitement antirétroviral bien conduit permet de réduire le taux de transmission à moins de 2% et l'Organisation Mondiale de la Santé propose un objectif « séro transmission » à l'horizon 2015. L'efficacité du traitement antirétroviral (ARV) est conditionnée par l'observance thérapeutique. L'objectif principal de l'étude est d'évaluer l'observance thérapeutique des femmes enceintes et les facteurs de risque de mauvaise observance. Les objectifs secondaires sont d'évaluer l'observance 6 mois après l'accouchement ainsi que le taux d'enfants qui auront bénéficié d'une recherche de contamination virale par PCR. Matériels et Méthodes : Les femmes enceintes séropositives intégrées dans le protocole de PTME du Centre de Médecine Communautaire (CMC) Buyenzi de Bujumbura entre janvier 2011 et octobre 2012 et pour lesquelles les ARV sont délivrés au CMC ont été incluses dans cette étude rétrospective. Le critère de jugement principal est une observance thérapeutique supérieure à 95% sur une période de 12 semaines avant l'accouchement, calculée à partir des jours passées sans traitement. Résultat : 198 femmes ont été incluses dans l'étude et ont donné naissance à 183 enfants. Ces femmes sont en moyenne peu éduquées, démunies et habitent en zone urbaine. Elles arrivent tardivement dans le programme (23 SA). L'analyse principale pour l'observance 12 semaines avant l'accouchement a porté sur 75 femmes. Parmi elles, 78% des femmes étaient observantes. Le fait d'être en couple est statistiquement corrélé à une bonne observance. Par ailleurs, 66% des femmes seulement sont observants dans les 6 mois après l'accouchement. Aucun enfant n'a été contaminé par le VIH. 84,6% ont bénéficié d'au moins une PCR à 6 semaines ou à 12 mois. Le fait que la grossesse soit désirée est statistiquement corrélé à la réalisation de la PCR chez l'enfant. Conclusion : Le programme de PTME du CMC Buyenzi est efficace avec un taux de transmission nul sur l'échantillon analysé. L'observance thérapeutique des femmes avant l'accouchement est encore à améliorer et une attention particulière doit être apportée aux femmes célibataires. L'implication du partenaire est fondamentale et la PTME doit être intégrée avec les différents services de santé maternelle et infantile.

 

Powered by Koha